L’isolation de façade, un must pour l’environnement

L’isolation de façade, un must pour l’environnement : Sto a permis l’économie de 2 millions de tonnes de CO2 depuis 1991

Sto a permis l’économie de 2 millions de tonnes de CO2 depuis 1991.

Pourquoi Sto soutient « Sign for my future »

Mercredi 27 février 2019 — Batibouw bât actuellement son plein, tous les projecteurs sont donc braqués sur le secteur de la construction. Les produits de construction respectueux de l’environnement attirent beaucoup l’attention lors de cette édition, car le secteur de la construction doit également apporter sa pierre à l’édifice de la protection du climat et de l’environnement. Toutefois, suffit-il de commercialiser des produits innovants et respectueux de l’environnement ? Pour Sto, expert en systèmes d’isolation de façade, et de revêtements, tout commence par l’isolation des plus grandes surfaces, car 25 % de la chaleur se perd au travers des murs extérieurs. Chauffer une habitation et en maintenir la température entraîne une consommation d’énergie considérable. L’isolation de façade représente donc un must. Pour Sto, la meilleure énergie renouvelable, c’est celle que nous n’utilisons pas.

Tout commence par l’isolation des plus grandes surfaces

En Belgique, plus de 30 % des combustibles fossiles sont utilisés pour chauffer bâtiments et habitations. Pour Gino Gailliaert, CEO de Sto, habiter de manière écologique commence par une isolation optimale : « Ensemble, nous pouvons économiser au total 18 % des émissions de CO2 rien qu’en isolant mieux nos bâtiments. Attaquez-vous d’abord aux plus grandes surfaces de l’habitation comme la façade. Une bonne isolation permet de réduire la consommation d’énergie destinée au chauffage. » En Belgique, Sto a ainsi isolé 5,4 millions de m² de façade depuis 1991, permettant ainsi l’économie de 2 millions de tonnes de CO2. Un ménage moyen produit environ 15 tonnes de CO2 par an pour se chauffer, action qui nécessite à son tour quelque 750 arbres pour purifier ces émissions. Pour Sto, le message est donc clair : « La meilleure énergie renouvelable demeure celle que nous ne produisons pas. Nous sommes de fervents partisans des éoliennes, panneaux solaires et autres sources de production d’énergie verte, mais ces solutions ne permettent pas de tout résoudre. À l’heure actuelle, il n’est pas encore possible de produire toute l’électricité et l’énergie de façon écologique. En outre, la production de produits respectueux de l’environnement requiert également de l’énergie. Il faut donc commencer par consommer moins d’énergie », commente Gino Gailliaert.

Se pencher sur le patrimoine immobilier existant

En Belgique, plus de 60 % des habitations existantes sont mal isolées ou ne le sont pas tout court. Selon Sto, il est donc pressant de se pencher sur le patrimoine immobilier existant. « Si nous voulons obtenir des bâtiments présentant une consommation d’énergie nulle d’ici 2050, nous devons isoler 150 000 bâtiments existants sur base annuelle, soit 3 % des habitations existantes. Pour l’instant, nous sommes toujours en dessous du 1 % de bâtiments isolés par an, ce qui est beaucoup trop peu », déclare Gino Gailliaert.

Rendre l’isolation accessible

Constructeurs et rénovateurs ont dans ce cadre une responsabilité. Selon Sto, les autorités doivent elles aussi prendre un ensemble de mesures et développer une vision à long terme. « Les obstacles à l’isolation doivent être levés. Isoler est un investissement dont le coût doit être réduit le plus possible. Des initiatives telles que la réduction de la TVA, des subventions ou des prêts verts doivent permettre aux citoyens de prendre de telles mesures à moindre coût », explique Gino Gailliaert. En outre, les règles relatives aux alignements doivent également être assouplies. De plus, économie et écologie ne vont pas forcément de pair, mais dans le secteur de la construction, elles s’allient parfaitement. La rénovation d’habitations crée également des emplois supplémentaires.

Le secteur de la construction doit se coordonner et construire de façon éclairée

L’amour pour l’environnement et le climat est inscrit dans l’ADN de Sto. Les premières campagnes de sensibilisation ont été lancées en 2006, avec un document d’enquête et des brochures sur l’importance de l’isolation, et ont été suivies de discussions avec des politiciens. Aujourd’hui, Sto est l’une des entreprises qui soutiennent avec conviction le dernier pacte climatique « Sign for my future », car construire de façon éclairée est la devise de Sto. « Un tel pacte renforce le soutien et la sensibilisation, y compris au sein de notre secteur. Outre les constructeurs et les rénovateurs, les autorités ont également un rôle à jouer. Le secteur de la construction doit lui aussi se coordonner, construire de façon éclairée, jongler consciemment avec l’architecture, mais aussi choisir des matériaux, des techniques d’installation ainsi que des méthodes de construction en connaissance de cause. Construire de façon éclairée constitue un choix responsable. Si le secteur de la construction construit de façon éclairée de l’établissement des plans au choix des matériaux en passant par l’exécution, nous pouvons efficacement protéger le climat », ajoute Gino Gailliaert.

La promesse de Sto

Sto continue de diffuser des informations et rendra ses méthodes de construction encore plus faciles à installer. L’entreprise continue de mener ses propres recherches et de développer ses innovations pour rendre ses produits encore plus performants. De plus, Sto s’associe à d’autres entreprises pour compiler les recherches et chiffres existants afin de mieux répertorier le secteur de la construction. Grâce à cette démarche, les mesures nécessaires pourront être prises de manière encore plus ciblée.

  • Créé le .

Adresses

Belgique
Mediaxel
64 avenue Marie de Hongrie
BE - 1083 Bruxelles
+32 (0)2 772 40 47
+32 (0)2 771 98 01 (fax)

France
MMG SAS
55 avenue Marceau
FR - 75116 Paris

Contact

Secretariat : Pascale Cloots

Publicité :
  (fr)
  (nl)

Redacteur en chef : Nicolas Houyoux

Social : Vincent de Puydt

MediaXel sprl - © 2019
Editeur responsable : Philippe Maters, 64 avenue Marie de Hongrie, BE - 1083 Bruxelles