• Home
  • Actualité
  • Projets internationaux

Extension du Centre Technique du Livre

Pin It

 

  • Centre-Technique-du-Livre-

    Centre-Technique-du-Livre-

  • Centre-Technique-du-Livre-

    Centre-Technique-du-Livre-

  • Centre-Technique-du-Livre-

    Centre-Technique-du-Livre-

  • Centre-Technique-du-Livre-

    Centre-Technique-du-Livre-

  • Centre-Technique-du-Livre-

    Centre-Technique-du-Livre-

    Les architectes Laetitia Antonini et Tom Darmon sont lauréats du American Architecture Prize 2017

    En réalisant l'extension d'un bâtiment conçu par Dominique Perrault à Bussy-Saint-Georges, les architectes Laetitia Antonini et Tom Darmon s'accordent à la construction d'origine en y intégrant de la tôle d'inox pliée. Un matériau magnifié par le passé dans la célèbre usine Aplix au Cellier, près de Nantes. Un bâtiment alors signé par... Dominique Perrault.

    Le CTLES initial impose une forte identité sur le site. Pour maintenir la cohérence et l'intégrité du bâtiment existant, l’extension se veut une extension naturelle, détachée pour éviter de fausser la structure originale. Du point de l'expression architecturale, l'extension fonctionne en continuité avec le bâtiment de Perrault. En considérant une fois de plus le métal comme seul matériau, l'extension est recouverte d'acier inoxydable veiné dont la luminosité contraste avec la matité de l'aluminium d'origine.

    Diplômés en 2004 de l’école d’architecture de Paris-Val-de-Seine, Lætitia Antonini et Tom Darmon ont créé leur agence en 2006, à Paris.

    Dès le départ, les programmes de logements s’enchaînent : commandes privées, puis publiques grâce à un premier concours de logements sociaux gagné en 2010. En 2012, ils sont lauréats des Albums des jeunes architectes et paysagistes. Dans l’acte de conception, ils commencent par valoriser l’espace public et collectif, quitte à sacrifier de la surface constructible (33 logements sociaux, Paris XXe et résidence pour chercheurs, Paris XIIe). Après s’être frottés à la dure réalité du partenariat public privé (bureaux et commerces, Paris XIIIe), ils s’intéressent de plus en plus à la réhabilitation de bâtiments ou de friches, qui permettent de sortir des standards de la promotion immobilière.