• Home
  • Actualité
  • News
  • Nouvelles internationales
Rafael Moneo

Rafael Moneo

Pin It

Lauréat du Praemium Imperiale 2017 en architecture

Déjà auréolé par un Prix Pritzker – en 1996 – l’architecte espagnol de 80 ans est distingué aujourd’hui par la Japan Art Association.

Né à Tudela, en Navarre, en 1937, Rafael Moneo mène ses études d’architecture à l’Escuela Técnica Superior de Arquitectura de Madrid. Diplômé en 1961, il travaille d’abord dans l’agence de Francisco Javier Sáenz de Oiza entre 1956-1961. En 1961, il part au Danemark travailler aux côtés de Jørn Utzon, auteur du célébrissime opéra de Sydney. En 1963, il est boursier pour étudier à l’académie d’Espagne à Rome. De retour dans son pays en 1965, il enseigne à Madrid (1966-1970) puis, en 1972, à Barcelone.

Pour ses premiers bâtiments en Espagne, Rafael Moneo réinterprète la tradition constructive locale. Il entame également très tôt une carrière internationale d’enseignant : Institute for Architectural and Urban Studies (I.A.U.S.) et Cooper Union School à New York, universités de Princeton, Madrid, Lausanne et Harvard, où il dirige le département d’architecture de 1985 à 1990. Il remporte son premier succès international avec le Musée archéologique de Mérida en Estrémadure (1980-1986) : une œuvre qui met en valeur l’héritage romain de la ville dans de vastes espaces de brique et de béton.

Lauréat du Pritzker (1996) et du prix Mies van der Rohe (2001) – entre autres nombreuses distinctions – on lui doit notamment : le terminal de l’aéroport de San Pablo (Séville, Espagne, 1989-1991) pour l’expo 92, la gare d’Atocha (Madrid, 1991), la fondation Miro (Palma de Majorque, 1987-1992), les aménagements intérieurs de la collection Thyssen-Bornemisza (Madrid, 1992), le Davis Museum du Wellesley College (Wellesley, Massachusetts, USA, 1993, un hôtel et un immeuble de bureau sur la Potsdamer Platz (Berlin, 1993-1998), la cathédrale Notre-Dame-des-Anges, Los Angeles (Californie, États-Unis, 2002), la maternité de Madrid (Espagne, 2003).

Créé en 1988 par la Japan Art Association, la plus ancienne fondation culturelle du Japon, le Praemium Imperiale couvre des disciplines telles que la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique et le théâtre/cinéma. En architecture, ce prix a notamment récompensé David Chipperfield (2017), Paulo Mendes da Rocha (2016), Dominique Perrault (2015) et Steven Holl (2014).

La cérémonie de remise du prix – un médaillon et une dotation de 5 millions de yen (environ 39 000 euros) – se déroulera à Tokyo.